Le premier mai 2013, j'entreprends un périple de un an sur la route. Vous pourrez suivre sur ce blogue mes déplacements et aventures... (On May the first 2013, I begin a one year journey on the road. You can follow me on this blog through my travels and adventures.)
Logo Design by FlamingText.com
Logo Design by FlamingText.com

dimanche 2 mars 2014

 
Tel un Indien traquant sa proie à distance n'hésitant pas à me jeter face contre terre afin de ne pas être repéré, je contournais sans bruit le terrain n°. 62.
Le chien pitbull habituellement attaché à l'entrée du terrain semblait être à l'intérieur de la tente mais je ne devais quand même pas baisser la garde.
 
Je connais ces gens depuis deux mois et je serais bien mal à l'aise si j'avais à leur expliquer cette intrusion dans leur vie privée admettant que l'un d'entre eux me surprenait à ramper tel un serpent tout en prenant des photos.
 
 

 
Ils étaient déjà installés sur le terrain de camping depuis longtemps quand je suis arrivé à San Clemente le deux Janvier dernier. Au Québec, on dirait que ce sont des B.S..
Ils vivent à l'année dans cette tente qu'ils déménagent régulièrement.
Ils sont présentement au parc de San Mateo depuis une semaine et dans une semaine ils retourneront au parc de San Clemente.
 
La famille comprend l'homme, sa femme, un bébé de quatre mois (Deux mois à l'époque de mon arrivée) et un chien. Il y a aussi la sœur de la femme de l'homme avec son chum. Souvent l'ami du chum de la sœur de la femme de l'homme, le plus tatoué du groupe vient avec ses amis. L'homme promène le bébé dans une poussette régulièrement et un jour je lui ai demandé à voir le bébé. Un beau bébé avec de grands yeux bleus trois mois à l'époque. J'ai dit à l'homme : on ne l'entend jamais pleurer?
Il me répondit : inquiète-toi pas car quand il a faim, on l'entend.
 

 
Sans être devenu mes amis je leur parle à l'occasion et on se salue quand on se croise.
Un jour j'attendais en ligne à l'accueil à l'entrée du parc et je me trouvais derrière l'homme.
Je regardais les tatouages dans son coup et sur ses deux bras. Il avait aussi des trous immenses dans les lobes des oreilles.
Je lui demande : réserves-tu un terrain?
Il me répond : non je suis venu leur demandé du travail. Mon terrain serait gratuit si je pouvais travailler quelques heures par semaine.
C'est là qu'un mensonge est sorti de ma bouche quand je lui ai répondu : Lâche par mon ami tu as de bonne chance car tu es connu ici.
 
 
 
Un jour, un des amis de l'ami du chum de la sœur de la femme de l'homme est venue me voir avec un sac Ziploc plein de tokens qu'il vendait à moitié prix. Je l'ai encouragé avec plaisir ne voulant pas me mettre à dos ces gens qui ne demandent qu'à survivre dans un monde cruel. J'ai su plus tard que dans un autre parc les boîtes des douches avaient été brisé et tous les tokens avaient disparu.

Demain je quitte le terrain de San Mateo et ces gens me manquent déjà.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


counter

15 Novembre 2010

free counters

15 octobre 2012

Archives du blog

Mes tournois à travers le Québec

4- Photos

10- Photos

21- Photos

21- Photos

29- Photos

14 Photos

20- Photos